Kanban : méthode, fonctionnement, utilisation

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Divers

La méthode Kanban est une technique de gestion de projet qui a été initialement développée dans les années 1950 par l’entreprise japonaise Toyota. Le mot “kanban” signifie littéralement “carte visuelle” en japonais, ce qui reflète l’un des éléments clés de la méthode : l’utilisation de tableaux et de cartes visuelles pour suivre l’avancement des tâches et des projets.

La méthode Kanban s’inspire du concept de “juste à temps” (JIT), qui vise à minimiser les stocks et les délais de production en produisant les pièces et les produits finis uniquement lorsqu’ils sont nécessaires. Cela permet d’éviter les coûts de stockage et de réduire les risques liés à la perte de qualité des produits stockés sur de longues périodes.

Au fil des années, la méthode Kanban s’est étendue à de nombreux domaines en dehors de l’industrie automobile, notamment dans le développement de logiciels, la gestion de projets et la gestion de services. Elle est particulièrement populaire dans les équipes à base de projet, car elle permet de visualiser l’avancement des tâches et de mieux comprendre les dépendances entre elles.

Pour mettre en place la méthode Kanban, vous devez d’abord définir les étapes de votre processus de travail, qui sont généralement représentées sur un tableau Kanban. Ces étapes peuvent inclure des tâches telles que “à faire”, “en cours”, “en test” et “terminé”. Vous pouvez également ajouter des colonnes pour suivre les différentes parties prenantes, comme les développeurs, les testeurs et les responsables de projet.

Chaque tâche est représentée par une carte Kanban, qui est placée dans la colonne appropriée du tableau en fonction de son avancement. Les cartes peuvent contenir des informations telles que le nom de la tâche, les personnes responsables, les délais et les échéances.

L’un des principaux avantages de la méthode Kanban est qu’elle permet une meilleure visibilité et une meilleure collaboration au sein de l’équipe. Tous les membres de l’équipe peuvent voir l’avancement des tâches et mieux comprendre les dépendances entre elles. Cela permet également de mieux gérer les ressources et de s’assurer que les tâches importantes sont traitées en priorité.

La méthode kanban

La méthode Kanban se base sur l’idée de visualiser le flux de travail et de le gérer en utilisant des cartes ou des tableaux de suivi. Ces cartes représentent les différentes étapes du processus de travail et permettent de suivre l’avancement des tâches et de gérer les ressources de manière efficace.

L’un des principaux avantages de la méthode Kanban est qu’elle permet une planification en temps réel. En visualisant le flux de travail, il est possible de voir immédiatement où se trouvent les goulots d’étranglement et de prendre des mesures pour y remédier. De plus, en limitant le nombre de tâches en cours de traitement à chaque étape du processus, il est possible de maintenir un niveau de qualité élevé et de réduire les risques de surcharge de travail.

La méthode Kanban est souvent utilisée dans le cadre de projets agiles, car elle permet une flexibilité et une adaptabilité importantes. Elle s’appuie sur un processus itératif et incrémental, ce qui signifie qu’elle est basée sur une évolution continue du projet au fil du temps. Cela permet de s’adapter aux changements de la demande et de l’environnement de travail de manière efficace.

Pour mettre en place la méthode Kanban, il est recommandé de suivre les étapes suivantes :

  1. Définir les objectifs du projet : il est important de déterminer clairement les objectifs du projet afin de pouvoir établir un plan d’action détaillé.
  2. Identifier les étapes du processus de travail : il est important de décomposer le projet en étapes distinctes pour pouvoir visualiser le flux de travail et mieux le gérer.
  3. Établir un tableau de suivi : le tableau de suivi est l’outil central de la méthode Kanban. Il permet de visualiser les tâches en cours et de suivre leur avancement.
  4. Définir les règles de gestion du tableau de suivi : il est important de définir des règles claires pour la gestion du tableau de suivi afin de garantir une utilisation efficace de celui-ci.
  5. Mettre en place des indicateurs de performance
A lire également  Comment jouer au casino en ligne sans dépôt ?

Comment faire un kanban ?

Voici les étapes à suivre pour mettre en place un tableau de suivi Kanban :

  1. Définir les objectifs du projet : il est important de déterminer clairement les objectifs du projet afin de pouvoir établir un plan d’action détaillé.
  2. Identifier les étapes du processus de travail : il est important de décomposer le projet en étapes distinctes pour pouvoir visualiser le flux de travail et mieux le gérer. Chaque étape du processus sera représentée par une colonne du tableau de suivi.
  3. Créer le tableau de suivi : le tableau de suivi est l’outil central de la méthode Kanban. Il peut être créé sous forme de tableau physique ou de tableau en ligne, en utilisant un logiciel de gestion de projet. Le tableau de suivi comprend généralement les colonnes suivantes :
  • To do (à faire) : colonne représentant les tâches qui n’ont pas encore été commencées.
  • In progress (en cours) : colonne représentant les tâches qui sont en cours de traitement.
  • Done (terminées) : colonne représentant les tâches qui ont été complétées.
  1. Définir les règles de gestion du tableau de suivi : il est important de définir des règles claires pour la gestion du tableau de suivi afin de garantir une utilisation efficace de celui-ci. Par exemple, il peut être décidé de limiter le nombre de tâches en cours de traitement à chaque étape du processus, ou de définir des critères de priorité pour les tâches à entamer en premier.
  2. Créer les cartes Kanban : chaque tâche du projet est représentée par une carte Kanban, qui est placée dans la colonne correspondant à l’étape du processus de travail où elle se trouve. Chaque carte peut comporter des informations détaillées sur la tâche, comme sa description, son assignation et son échéance.
  3. Mettre en place des indicateurs de performance : il est recommandé de suivre l’avancement du projet en utilisant des indicateurs de performance, comme le temps de cycle (le temps nécessaire pour terminer une tâche depuis son lancement jusqu’à sa finalisation), le taux de complétion (le pourcentage de tâches terminées par rapport au nombre total de tâches) ou encore le niveau de satisfaction des utilisateurs.

En suivant ces étapes, vous devriez être en mesure de mettre en place un tableau de suivi Kanban efficace pour gérer votre projet de manière efficace.